La vie est faite de moments intenses : parfois des mauvais et souvent des bons. Le fait est que la plupart d’entre nous avons un certain biais en nous. Certains se remémorent facilement les mauvais moments et d’autres les bons. Je pense que l’on peut vivre bien peu importe notre biais, mais il faut le connaître, sinon il nous joue des tours.

Il faut connaître ce que je vais appeler « son biais cérébral » pour deux raisons principales :

  1. Savoir comment on appréhende les événements de la vie quotidienne est une chose précieuse.
  2. Connaître son biais c’est aussi savoir mesurer comment nous le transmettons à nos enfants.

La télévision… ou plutôt son absence

La grande majorité d’entre nous consultent leurs actualités par la télévision. C’est un moyen facile, chronophage mais facile de prendre de l’information. C’est un média qui ne demande pas trop d’efforts et qui parle au sens que nous utilisons le plus… ou plutôt celui qui nous fait le plus d’impressions.

Nous avons fait le choix de nous passer de télévision parce que c’est un média totalement incontrôlable. Trop souvent, nous ne réalisons pas que des images qui pour nous sont devenues vides tellement elles sont quotidiennes, sont de véritables catalyseurs de peurs pour nos enfants.

Pour beaucoup, manger devant les infos est un rite, et il n’y a aucun mal à s’asseoir en famille, avaler sa nourriture en même temps qu’on avale sa nourriture télévisuelle. Je vais vous poser une question : quand est-ce que vous avez vu des bonnes nouvelles au journal télévisé pour la dernière fois ? Je ne l’ai pas regardé depuis des années mais je peux dire avec assurance que cela se compte en semaine, voir en mois… peut-être bien en année.

Au cas où le conseil ci-dessus était un peu trop subtile, le revoici : débarrassez-vous de votre télévision et vous serez plus heureux !

Originally posted 2015-01-16 07:00:57.